Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profession de foi de Pluralisme et qualité - élections CNU 2015

5 Juin 2015 , Rédigé par Anne Lavigne Publié dans #Elections

ELECTIONS AU CONSEIL NATIONAL DES UNIVERSITES – 2015

5ème SECTION – SCIENCES ECONOMIQUES

LISTES « PLURALISME ET QUALITE »

Chère Collègue, Cher Collègue,

Le CNU est un organe essentiel du paysage universitaire, et son rôle a été encore renforcé au cours de la dernière mandature puisque le CNU n’intervient plus seulement en matière de qualification à la maîtrise de conférences et de gestion des carrières, mais lui reviennent également l’évaluation des dossiers de PEDR, le suivi des carrières, et la qualification au corps de professeur par la voie dite du 46-1.

A l’occasion des prochaines élections, les listes Pluralisme et Qualité sollicitent à nouveau vos suffrages, dans les deux collèges (professeurs et maîtres de conférences), pour faire prévaloir les principes suivants :

  • le respect du pluralisme des méthodes et des approches,

  • la promotion de la qualité de la recherche,

  • la reconnaissance de l’ensemble des fonctions que recouvre le métier d’enseignant-chercheur,

  • l'amélioration des règles de gouvernance interne du CNU.

Ces principes guident nos élu(e)s dans l’appréciation des dossiers de qualification et la gestion des carrières. En outre, nous continuerons d’appliquer les règles (notamment le refus des autopromotions et la transparence des critères) assurant une gouvernance responsable et équitable, que nos listes ont impulsées lors des précédentes mandatures, en particulier durant celle qui s’achève, et dont nous avons assumé la présidence.

Dans le passé, certaines des fonctions du CNU (et particulièrement la gestion des qualifications, 46.3 ou 46.4, ou des promotions au sein du corps de professeur) ont suscité de fortes tensions, ainsi qu’un sentiment d’incompréhension d’une large part de la profession, en raison de la polarisation des promotions dans certaines tranches d’âge, de champs disciplinaires ou d’options scientifiques. Les élu(e)s Pluralisme et Qualité ont fortement contribué, lors de la mandature qui vient de s’achever, à l’application d’un plus grand pluralisme des critères et à l'apaisement des débats. En matière de promotion, par exemple, nous avons su convaincre l’ensemble des sensibilités représentées au CNU de la nécessité d’agir dans le sens d'une gestion du corps plus équilibrée et d'un meilleur dosage des incitations.

Aussi, pour fluidifier la gestion du corps, pour éviter que certain(e)s collègues ne voient leur carrière bloquée, pour donner, donc, à chacun(e) toutes ses chances d’être promu(e), les élu(e)s Pluralisme et Qualité ont proposé et obtenu que l’ensemble du profil de carrière, ainsi que l’ancienneté dans le corps, et dans le grade, soient pris en compte dans les critères d’éligibilité à une promotion au niveau national. Le pluralisme scientifique et l’exigence d’une gestion équilibrée des corps de professeurs et de maîtres de conférences ont donc guidé les élu(e)s Pluralisme et Qualité.

Pour permettre une gestion équilibrée du corps, qui favorise la reconnaissance de tous ceux qui remplissent, avec excellence, dévouement et conviction, l’ensemble des missions qui nous sont assignées, nous défendons le pluralisme dans sa double dimension : horizontale, c’est-à-dire la diversité des champs d’étude, des outils et des paradigmes, et verticale, la prise en compte de dominantes dans l’exercice du métier, durant la carrière et à chaque étape de celle-ci.

Si les critères d'excellence et les incitations académiques ont fortement évolué depuis une vingtaine d'années dans notre discipline, l’évaluation doit toutefois être modulée en fonction de la génération des candidats. Ainsi, en matière de méthodologie d’évaluation, alors que le précédent CNU avait accordé un poids prépondérant à la bibliométrie, nous avons œuvré, durant la mandature qui s’achève, à un meilleur équilibre entre les différentes dimensions de notre métier. A cet égard, nous avons fait adopter, au début de la mandature, la suppression de l’utilisation des scores, indices et autres critères d’évaluation quantitatifs, et cela, aussi bien pour les publications que pour les activités d’enseignement ou les responsabilités collectives. Cela redonne toute sa place à la délibération collective, et donc à l’analyse approfondie des dossiers des candidats. En matière de promotions, les délibérations ont toujours porté sur les trois volets de notre métier : la recherche, en premier lieu, mais aussi les responsabilités pédagogiques et les responsabilités administratives ou collectives.

Cette pratique devrait favoriser un meilleur partage des fonctions de pilotage parmi les économistes au sein de nos institutions, toujours plus lourdes depuis la LRU, et contribuer à revaloriser la dimension pédagogique de notre métier. Nos Départements, Facultés et Instituts ne peuvent fonctionner en pilotage automatique. Parallèlement à l’exigence d’une recherche de qualité, chacun doit donc assumer, sans doute selon des rythmes divers tout au long de la carrière, sa part de responsabilités administratives et pédagogiques. C’est la raison pour laquelle les élu(e)s Pluralisme et Qualité défendent fortement le principe selon lequel le CNU, dans ses évaluations, s’intéresse aux trois volets de notre métier, et non pas seulement, comme le suggèrent certains, uniquement à la dimension recherche des dossiers.

Par ailleurs, quand la recherche s’ouvre de façon croissante à d’autres disciplines, les listes de revues de référence (de la Section 37 du CoNRS et du HCERES – ex-AERES) n’intègrent pas pleinement ces évolutions. A notre initiative, nous avons obtenu que le classement de la liste HCERES soit restructuré en 3 niveaux, mais aussi la reconnaissance des travaux se situant à la frontière de la discipline et publiés dans des revues inscrites dans d’autres domaines. Nous avons en outre proposé, et obtenu, de créer un nouveau champ scientifique dans la liste HCERES intitulé « Economies et Institutions », qui a permis de revaloriser un certain nombre de revues et d’en ajouter de nouvelles, dans un champ qui était jusqu’à présent sous-valorisé. Nous avons enfin milité pour une revalorisation des revues françaises et francophones, afin de redonner toute sa place à un débat économique en langue française et de préserver l’utilisation du français comme langue de communication scientifique.

Désormais, avec la modification des modalités de recrutement des professeurs et l'examen des demandes de PEDR, le CNU intervient à tous les niveaux de la carrière. Après une période de transition, le CNU devra inciter à une revalorisation de l'HDR dans notre discipline afin qu'elle constitue une étape essentielle de la carrière, marquant plus encore qu’aujourd’hui la maturité scientifique du candidat. Parallèlement, il nous paraît important (et nous avons agi en ce sens lors de la mandature qui s'achève) de favoriser l'octroi de la PEDR aux maîtres de conférences. Enfin, la qualification au corps de professeur devra se faire sans contingentement, afin de proposer aux universités un véritable choix en termes de profils scientifiques, et cela, sans aucunement déroger aux exigences de qualité scientifique des dossiers. A cet égard, en matière de qualification, de promotion ou d’évaluation, nous nous engageons à nouveau à évaluer l'excellence de la recherche sur la base de son caractère innovant mais aussi en fonction de l'intérêt des travaux sur le plan de la politique économique, des débats de société…, et cela, à partir de la lecture approfondie des travaux plutôt qu’en fonction d’un algorithme limité au nombre, plus ou moins pondéré, des publications.

Enfin, les élu(e)s Pluralisme et Qualité s’engagent à tout mettre en œuvre et à contribuer à toute action qui permettra de résoudre le problème majeur qui gangrène la profession aujourd’hui : le très faible niveau des possibilités offertes aux maîtres de conférences pour accéder au corps de professeur, comparé à la plupart des autres disciplines, en SHS comme en sciences. Cette situation a découragé nombre de nos collègues, comme le démontre la chute vertigineuse du nombre de maîtres de conférences promouvables qui demandent chaque année une promotion (la moyenne, lors de la mandature qui s’achève, était seulement d’un candidat sur dix promouvables). L’objectif de briser le plafond de verre auquel font face nos collègues n’est que très partiellement atteint par la procédure de qualification au corps de professeur par la voie dite du 46.1. Nous nous engageons à continuer à œuvrer pour régler ce problème, lourd de conséquences en termes d’équité et d’incitations pour les maîtres de conférences en sciences économiques.

Nous sommes convaincu(e)s que l'application de ces principes, règles et valeurs permettra de préserver l'unité de notre discipline et, in fine, de la renforcer. A cet égard, la première session de qualification au corps de professeur dans le cadre du 46.1 a démontré qu‘il était possible de reconnaître le pluralisme au sein de la section 05 du CNU. C’est la raison d’être de l’association Pluralisme et Qualité, depuis 20 ans, que de défendre un tel principe.

Si notre analyse et notre démarche suscitent votre adhésion, nous espérons recueillir votre suffrage.

Soyez assuré-e, Chère Collègue, Cher Collègue, de notre très sincère dévouement.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article