Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Principes d'évaluation des candidatures à avancement

3 Avril 2010 , Rédigé par Anne Lavigne Publié dans #Promotions

La section 5 du CNU s’est réunie vendredi 26 mars 2010 à Paris afin de définir une méthode d’évaluation des candidatures à avancement. Le décret 2009-460 du 23 avril 2009, dans son article 6, a en effet modifié la procédure d’examen des candidatures à avancement. Par ailleurs, le Ministère a introduit une nouvelle application informatique (application Electra) par laquelle les candidats promouvables déposent un dossier normalisé, commun à l’ensemble des sections CNU.  La discussion en séance a fait suite à un travail préparatoire mené dans deux commissions, l’une chargée d’établir des critères d’évaluation des activités scientifiques, l’autre consacrant ses réflexions aux critères d’évaluation des activités pédagogiques et responsabilités collectives. Chacune de ces commissions avait établi des grilles d’évaluation, recensant les diverses activités pertinentes auxquelles étaient associés des valeurs quantitatives (exemple : l’activité a vaut x points, la publication p vaut y points, la responsabilité r vaut z points etc).

 

Electra et l’acte de candidature

 

Jusqu’à présent, les candidats à promotion pouvaient déposer leur candidature d’une part à la voie nationale (CNU), d’autre part à la voie locale (établissement). Dans le premier cas, si leur candidature n’était pas retenue par la section CNU, leur dossier était « reversé » aux établissements, à charge pour les établissements d’examiner les demandes de ces candidats non promus nationalement, conjointement à celles des candidats à la seule voie locale. Le nouveau décret a supprimé les deux voies distinctes de candidatures à avancement, l’une au CNU, l’autre à la voie locale. Désormais, toutes les candidatures doivent être présentées dans l’application Electra. Dans un premier temps, les Conseils d’administration des établissements siégeant en formation restreinte émettent un avis sur l’activité pédagogique et sur les tâches d’intérêt général de l’ensemble des candidats de l’établissement. Le décret ne précise pas la forme que doit prendre cet avis. Dans un second temps, les candidats ont un droit de réponse sur l’avis formulé par le CA restreint. L’ensemble des candidatures, revêtues de l’avis du CA restreint et des éventuelles réponses des candidats, est transmis aux sections compétentes du CNU. Pour cette campagne 2010, 109 candidatures à la hors classe des maîtres de conférences, 79 candidatures à la première classe des professeurs, 81 au premier échelon de la classe exceptionnelle, et 12 au second échelon de la classe exceptionnelle ont été déposées dans Electra. Il semblerait que l’informatisation de la procédure, et la forme du dossier, beaucoup plus détaillé que par le passé, ait entraîné un certain effet d’éviction, les candidatures étant en nombre inférieur par rapport aux années précédentes.

 

Principes d’évaluation

 

Les dossiers seront examinés par deux rapporteurs. Pour l’avancement des maîtres de conférences, les deux rapporteurs seront choisis dans le collège des maîtres de conférences ; pour l’avancement des professeurs, dans le collège des professeurs. Pour chaque dossier de candidature, chaque rapporteur évaluera les trois volets « activités scientifiques », « activités pédagogiques » et « responsabilités collectives » ; il attribuera pour chaque volet une note A, B ou C (sans modalité supplémentaire + ou -). Il indiquera les proportions respectives de chaque note A, B et C dans l’ensemble des dossiers qu’il aura évalués. Pour le passage à la hors classe et à la classe exceptionnelle, l'appréciation portera sur la totalité de la carrière. Ces évaluations seront transmises au bureau de section, préalablement à la réunion de la section (du 26 au 28 mai 2010).

 

Pour établir ses notes, chaque rapporteur s'appuiera sur trois grilles détaillant les informations relatives aux activités du candidat. Les items à renseigner seront répartis entre les grilles selon le schéma retenu dans le dossier Electra. Le bureau de la section 5 proposera prochainement une version révisée (par rapport au travail des commissions) pour chaque grille.

 

La grille "activités scientifiques" comportera les renseignements relatifs au nombre de publications recensées dans EconLit, dans la liste CNRS et dans la liste AERES ; elle détaillera les publications selon la classification de la liste CNRS.

 

Contrairement aux grilles issues du travail préparatoire, la section a décidé de ne quantifier aucune activité/publication/responsabilité, et de n’établir aucune pondération a priori entre les trois grands volets de l’évaluation. La section a également décidé après un vote (19 voix contre 17) de ne pas utiliser collectivement des indicateurs bibliométriques pour l’évaluation de la production scientifique.

 

Transmission des évaluations aux établissements

 

Les candidats non promus par la section CNU recevront une évaluation formée d’un vecteur d’appréciations (A, B, C) portant sur chacun des trois volets (activités scientifiques, activités pédagogiques, responsabilités collectives). En cas de désaccord entre les deux rapporteurs sur la ou les notes d'un candidat, la note définitive sera arrêtée après discussion et, si nécessaire, vote.

 

Outre les candidats promus par la section, une note globale A+ (ou un « avis extrêmement favorable ») sera attribuée à un nombre de candidats non promus nationalement, au maximum égal, pour chaque catégorie, au contingent national de promotions.

 

Conclusion (provisoire) sur les principes d’évaluation

 

Les élus Pluralisme et qualité ont œuvré pour que soient reconnues à part entière l’ensemble des missions des enseignants-chercheurs. En particulier, ils se félicitent qu’une majorité de membres de la section aient rejeté l’utilisation des indicateurs bibliométriques comme vecteur exclusif de l’évaluation de l’activité scientifique. Alors que de nombreuses disciplines (comme la physique, la chimie, et les mathématiques) renoncent à la bibliométrie dans l’évaluation (voir notamment le rapport de l’Académie des sciences), il serait regrettable que les économistes y recourent avec la foi du nouveau converti.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article